Ce texte est un résumé de N/nos réflexions suite à une discussion que N/nous avons eu dernièrement. N/nous N/nous interrogions sur la pérennité des relations que ce soit dans le monde vanille ou dans le monde D/s.

Voilà, j’observe le jardin depuis la véranda, hier plein soleil, chaleur intense, ce matin effondrement des températures et le ciel pleure, pleure…

Ainsi va la vie avec des hauts et des bas, des nuages et des éclaircies, des joies et des peines, personne n’est épargné.

J’observe le jardin, écoutant le cliquetis chantant des gouttes qui en cadence frappent le toit. Entre deux nuages un filet de lumière descend jusqu’aux arbres, clin d’oeil de la vie. Non au fond le ciel ne pleure pas, il est le pourvoyeur du flux liquide et vital dont la terre a besoin pour se régénérer et permettre aux graines de germer et de prospérer.

Chaque élément du monde, chacune de ses manifestations N/nous parle du tout auquel N/nous N/nous intégrons par N/nos choix conscients ou inconscients. Et la conversation que N/nous avons eu avec mon Maître me revient.

Pour tout couple dés l’instant de la création de la relation il y a au moins trois chemins qui s’offrent à N/nous après s’être engagé sur une portion commune.

Des chemins sans issues, de peines, de douleurs de frustrations et d’enfermement…

Des chemins de traverses, d’épreuves constructives, de franchissement d’obstacles, de travail et d’efforts conjoints… Ces chemins sont des passerelles ouvertes vers le mieux, le plus, de prise de conscience pour aboutir aux troisièmes chemins.

Des chemins de croissance, d’évolution et surtout d’accomplissement. C’est un aboutissement.

Aucun de ces chemins n’est aisé, N/nous N/nous y aventurons en fonction du degré de connaissance que N/nous avons de N/nous mêmes. Ce qui fait qu’il peut arriver que N/nos chemins un jour divergent.

Mon Maître disait à ce sujet et avec justesse : « Dans les relations il n’y a pas de vraies limites, N/nous pouvons toujours aller plus loin, toucher à l’infini et cela dans n’importe quel domaine de l’existence. Certains individus resteront bloqués à certains stades, c’est ainsi. Il faut l’accepter, c’est le regard qu’ils portent sur eux qui sera déterminant. D’autres franchiront des paliers supérieurs.  »

L’avantage à mes yeux dans une relation D/s c’est l’accompagnement, l’écoute, la patience, le respect et la communication qui peuvent permettre à un ou aux deux partenaires de grandir dans la même direction, d’aller plus loin en s’ouvrant au monde. Mais comme N/nous sommes des humains tous différents cela N/nous conduit quelquefois à prendre une autre direction qui N/nous convient mieux en gardant à l’esprit que le chemin parcouru ensemble était nécessaire à N/notre évolution. Un Maître malgré toute Sa bonne volonté ne peut résoudre les problèmes touchant à l’identité intérieure de Son esclave/soumise, Il peut la guider, le déclic venant d’elle. De même une esclave/soumise est en droit de rendre son collier si l’évolution du Maître est contraire à ses besoins.

Voilà aujourd’hui il pleut et je réfléchis à la place de chacun dans la vie, du bonheur d’être soi sans se juger et dans la joie qui s’obtient en restant à l’écoute de sa réalité.

Aujourd’hui il pleut, alors pour le plaisir de toute ma famille je fais mijoter du lapin au romarin avec des petites carottes et je prépare des crêpes pour le goûter. Il est doux de partager avec les siens des plaisirs simples et de les voir heureux, des petites joies naissent de grandes satisfactions.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here