Bonjour à T/tous,

je vous retrouve pour la suite de N/notre voyage Suisse ! Quand Maître s’est réveillé, je Le regardais déjà depuis quelque temps. j’ai très mal dormi dans le Segufix et je suis heureuse de savoir que Maître n’en est pas fan parce que je sais que ça aurait été dur à accepter et vivre une nouvelle fois. N/nous avons fait un super Brunch ensemble avant de se préparer pour l’après-midi qui allait suivre.

Vers 13 heures, N/nous sommes arrivés à Sexopraxis. Ce centre pluridisciplinaire situé à Lausanne propose des ateliers, consultations, rencontres, etc. en rapport avec une psychologie de sexualité positive.
N/nous avons tout installé et les premières personnes sont arrivés. j’ai énormément apprécié discuter avec les personnes qui sont curieuses de ce que l’O/on vit au quotidien sans absolument aucun jugement.

Puis est venu le moment de la première animation prévu. Maître m’a emmené dans la salle d’à côté pour un strip-tease au martinet. je savais qu’IL l’avait prévu, mais N/nous n’en avions pas parlé. je ne savais pas si je devais choisir quand enlever mes vêtements où si c’est Lui qui me l’ordonnerait. Finalement, entre les coups, j’avais ordre d’enlever les vêtements. Il était assez dur de danser et de faire un strip-tease devant tout le monde. Du fait que je ne me sens pas à l’aise en dansant, j’avais honte de leur offrir cela. C’est un jugement que je porte sur moi et c’est interdit par ma condition de juger ce qui appartient à Maître mais à ce moment-là, c’était ça.

Ensuite, Maître m’a emmené aux pieds de Jacques, shibariste, les yeux bandés. Une pression sur mes épaules a suffi à me mettre à genou. Il n’a fait que du sol, mais j’ai énormément apprécié ! Il faisait ça avec une réelle énergie et une émotion qui m’a fait frétiller. j’étais bien, en confiance à prendre du plaisir dans cette pratique que j’aime tant. La présence des personnes à cet instant m’a plu. Ils voyaient du vrai shibari et non un assemblage de cordes.

 

Puis l’heure de l’interview devant le groupe : une quarantaine de personnes. Pendant les vingt premières minutes, j’étais là sans être là. Les cordes m’ont fait un effet de dingue et j’étais totalement ailleurs. Nicky a posé plein de questions à Maître « Qu’est-ce que le BDSM pour toi ? », « Différence entre soumise et esclave », etc. Pour ma part, je n’ai pas dit grand-chose, il n’y avait pas besoin. Ensuite, ce sont les personnes présentes qui ont posé des questions ou qui ont réagi aux propos de Maître en fonction de leur expérience.

A la question « quelle est la différence entre soumise et esclave pour toi ? », Maître a répondu que pour Lui, une esclave est dressée en 24/7, qu’elle vit chez son Propriétaire; elle n’a pas de limites et qu’elle le fait sans condition, que les ordres plaisent ou non, qu’elle trouve dans le plaisir de servir et d’obéir un plaisir supérieur à tous les autres que la vie peut lui apporter. Tandis qu’une soumise se soumet quand ça Lui plait, qu’elle a des limites et qu’elle le fait pour son plaisir personnel. N/nous n’avons pas dit que N/nous avions consacré une vidéo sur youtube, donc si vous souhaitez la voir elle est là.

C’est là dessus qu’une soumise a relevé en disant qu’elle n’était pas d’accord avec ça. Que pour elle, elle ne vit pas en 24/7 soumise mais que, dans les moments où elle se soumet, en séance elle ne cherche pas son propre plaisir, mais bien celui de Son Maître. Ce que Maitre a reconnu et remercié.

J’ai trouvé ça très enrichissant même si j’avoue que cette question sur la différence soumise/esclave est pour moi futile. Chaque soumise ou esclave vit sa soumission de façon différente. Pleins de soumises ont ordre de garder les yeux baissés, Maître adore quand je le regarde. Chaque Maître décide de ce qu’Il veut pour Son esclave.

J’ai ensuite eu une deuxième séance de cordes, mais cette fois-ci plus violente, plus contraignante. Cette fois, je ne suis pas parti. J’ai eu mal et je sais très bien que j’en avais besoin, que je voulais des cordes intenses, fortes et j’y ai pris un plaisir immense.

L’après-midi est passé super vite, mais c’était génial ! Merci à toutes celles et ceux qui sont venus nous voir. Merci au centre SexoPraxis et à Zoé, créatrice du centre, Nicky et Jef de N/nous avoir permis de vivre ça !

Photo : dans un des beaux espaces du centre devant le groupe des personnes venues N/nous rencontrer : shibari avec Jacques

je suis entrée dans le monde du bdsm en 2011. je m’y suis découverte. je fus soumise dans des relations bdsm avant d’entamer la vie d’esclave consentante que je suis désormais.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci Lina de nous faire partager ce séjour en Suisse.
    Merci également de souligner que la diffusion entre soumise et esclave est futile.
    Mes salutations à ton Monsieur Erospower.
    Des bises amicales pour toi.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

un × 3 =