Bonjour à T/tous !

Alors Maître m’a ordonné d’écrire un article sur « La distance ». C’est un exercice que je trouve très compliqué puisque je dois garder notre intimité privée. Ce que l’on a traversé Maître, néko et moi, il y aurait de quoi en faire un livre et je doute que les lecteurs croient en la véracité de l’histoire tellement c’est à peine croyable.

je vais déjà commencer par parler de ma vie d’esclave à distance. Maître a accepté ma demande de soumission le 18 mai 2015 et j’ai habité chez Lui à partir du mois de juillet. Avec ensuite une période où travail oblige, je ne vivais pas avec Lui pendant 5 mois même si l’on s’est toujours vu régulièrement.
À distance j’avais des règles strictes qui me permettaient de bien me sentir Sienne même avec la distance :
– 1 photo au réveil, une quand je suis prête et une au moment de dormir
– Écrire tous les jours ma journée
Plus des ordres concernant la tenue de mon appartement et ma vie d’étudiante. je trouve que d’avoir commencé par le virtuel a facilité les choses. Une fois à Ses pieds, à ma place, j’étais déjà profondément Sienne en moi-même.

Avec neko, nous avons presque le même âge, nous passons une grande partie de la journée au téléphone à se parler, s’écrire, se parler avec vidéo en même temps, etc. on se raconte tout. Maître aussi parle beaucoup avec elle. Certains évènements ont fait que nous passions notre temps avec Maître à parler d’elle ou parler avec elle et à ce moment-là j’ai souffert du fait qu’elle soit aussi présente tout en étant absente physiquement.

La vie a repris son cours normal et je suis ravie de tout ce que je partage avec ma sœur de servitude et qui sera encore mieux quand on sera ensemble aux pieds du Maître !

Voilà, et V/vous ? Que pensez-V/vous des relations à distance ?

je suis entrée dans le monde du bdsm en 2011. je m’y suis découverte. je fus soumise dans des relations bdsm avant d’entamer la vie d’esclave consentante que je suis désormais.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour lina,

    J’ai longtemps eu des relations à distance avec des dominants, certains que je n’ai même pas rencontré pour diverses raisons.
    La relation prenait fin à un moment donné…
    Et puis j’ai fait une rencontre avec un dominant, j’ai passé une semaine chez lui, j’ai redécouvert que les dominants pouvaient être respectueux et polis.
    A mon retour chez moi, nous avons discuté sur le fait que la distance était un obstacle pour nous et notre relation a prit fin et j’ai fait une pause.
    Quelque temps plus tard j’ai rencontré Mon Maître sur un site et de fil en aiguille nous nous sommes rendus compte que nous vivions dans la même ville et surtout à 2kms l’un de l’autre, nos quartiers étant limitrophes.
    Depuis nous nous voyons régulièrement et je suis beaucoup plus heureuse de savoir Mon Maître si proche de moi.

    Cordialement,
    Mes salutations à ton Maître.

  2. Bonjour Lina,

    J’ai rattrapé mon retard du blog cet après midi, pendant que j’avais quelques heures qui me le permettait…
    Dès les premières lignes ça m’a rappelé quelques souvenirs… Quelques souvenirs datant déjà de 8 ans et qui sont loin derrière moi actuellement…
    Cela m’a rappelé mes débuts quand mon ancien Maître a souhaité me prendre en main et tenté l’expérience de vivre en couple BDSM après mûre réflexion malgré mon côté novice…
    De ce fait, j’ai pû connaître des situations similaires, qui tout comme annoncé dans l’article, m’a fait ressentir que j’étais déjà à ses pieds malgré que nous nous étions pu vus et que nous étions à distance pour des raisons professionnelles le concernant…
    Même si ma remise en liberté fut difficile, me rappelant cela, ça laisse de bons souvenirs avec le recul…
    Ca fait toujours plaisir de pouvoir lire un blog saint d’esprit et correct.
    Ca fait toujours plaisir de pouvoir lire des articles bien écrits et très agréables.
    Je fais partie des lectrices qui ont pu suivre le blog de l’ancienne blog de ton Maître et j’ai suivi ici…
    J’apprécie beaucoup pouvoir lire et ressentir l’épanouissement de la personne soumise grâce à son Maître. C’est assez rare je trouve mais cela reste important et on le souligne pas assez.
    Bonne continuation à vous deux au passage (vu que j’ai lu aussi les articles précédents…. sourires).

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

huit + 2 =