Repas du soir.

Les vacances scolaires approchent, les jeunes commencent à cogiter pour organiser leurs emplois du temps : des loisirs, du plaisir… justement « 50 nuances plus sombres » est programmé pour la semaine à venir, une bonne occasion de se retrouver.

Autorisation demandée et accordée avec une petite interrogation au passage : sais-tu de quoi ça parle ?

Réponse lapidaire et satisfaisante, mais le but des parents étant bien de dialoguer et d’informer avec une ouverture d’esprit et d’accompagnement.

Discussion entre adultes après le repas.

Mon Maître constate que les livres de cette série et la déferlante d’autres qui ont suivi, ont eu au moins le mérite pour un certain nombre de personnes d’amorcer une réflexion sur des pratiques sexuelles jusqu’alors jugées comme déviantes, donc suspectes et incomprises.

De relancer le dialogue au sein de nombres de couples sur leur sexualité, de prendre conscience qu’elle ne correspondait peut être pas à leurs aspirations profondes.

Après, les gens concernés le vivent comme ils le et se ressentent, au degré qui leur correspond sans comparaison ni jugement. Ce qui est en soi un travail préliminaire que de savoir se distancer des croyances et des opinions des autres… pas simple n’est-ce pas ?

Donc plusieurs options :

Simples jeux pimentant leur vie intime et pourquoi pas : du sexe.

Découverte d’un côté latent chez l’un ou l’autre (ou les deux) des partenaires avec volonté ou non de se vivre ainsi et donc de s’engager sur le chemin d’une nouvelle relation. En sachant que contrairement aux charmantes histoires des romans la construction de ce lien se fera peu à peu les plongeant dans un monde inconnu avec nombres d’embûches à surmonter. Un parcours initiatique obligeant à la « déprogrammation » des valeurs inculquées par la famille, la société… pour se trouver vraiment.

Pour en revenir à N/nous, Il me dit qu’après l’étonnement du début, la réflexion face à mes demandes, Il est resté prudent et circonspect (je Le reconnais bien là), pensant que cet engouement ne serait peut être que passager, qu’avec le temps je m’essoufflerai ayant satisfait ma curiosité. Vraiment surpris d’obtenir avec facilité des pratiques sexuelles jusqu’alors toujours refusées !!! me poussant toujours plus loin dans ma soumission et constatant mon entière obéissance et disponibilité.

Et puis dit-Il, il n’est pas besoin d’être Maître et soumise pour vivre pleinement sa sexualité, les libertins en sont la preuve. Sauf que là j’ai manifesté mon besoin d’être sous Sa domination  pour me livrer et me libérer corps et âme en le choisissant pour Guide. C’est bien cette notion de besoin qui lie aussi la soumise à son Maître et être à même de le combler est une grande responsabilité pour Lui. Il doit se reconnaître Maître, sûr de la direction à prendre, de Ses choix, bien fixer la façon dont Il veut être servi et que se comporte Sa soumise en toutes circonstances et en tous lieux. Le sexe est parti intégrante de Sa domination, mais pas que !!!

Force Lui a été de reconnaître (en souriant) que çela dure, Il n’est pas un Maître sévère, mais Il conserve la même ligne de conduite, à l’écoute, innove, ordonne, Se dévoile et Se découvre Lui même. De mon côté je relativise, j’apprends la patience, je ne suis plus dans l’attente de …, je suis à Lui simplement et fais ce qu’Il veut. Simple à énoncer mais une transformation radicale par rapport à la vie vanille, une transformation plus ou moins longue à s’effectuer, la réalité du terrain, pas une vie romancée. Je note aussi qu’Il est très exigeant concernant les domaines de ma vie dont Il détient les clés : la sexualité, la tenue générale (vestimentaire, soins du corps, façon d’être, de se comporter, d’agir…), plus souple sur le quotidien qu’Il me laisse gérer avec des rappels à l’ordre si je dérape, bon mais il faut quand même que ça soit fait… Pour le reste N/nous agissons comme avant : confiance, échanges … Il ne contrôle pas mes lectures (mais de toute façon je Lui en parle), Il me laisse libre d’entreprendre des projets personnels du moment que je les mène au bout, Il m’incite à explorer de nouveaux domaines qui N/nous seront utiles (le temps Lui manquant pour le faire) … Il n’y a pas de frontière réelle entre N/notre vie vanille et D/s, N/nous vivons ce que N/nous sommes tranquillement dans un climat serein (la plupart du temps, aha).

Il me fait remarquer que cette fluidité de vie n’a pas été immédiate depuis N/notre virage, qu’au cours de N/notre cheminement Il Lui est arrivé de se sentir débordé, mal à l’aise, avec une impression de ne plus rien maîtriser, le chaos. Difficile pour quelqu’un qui aime que tout soit ordonné…

-Imprégnée de tes lectures tu es partie au galop dans une course folle, t’emballant de plus en plus vite. Etranger à tout cela Je ne pouvais pas te suivre, il a fallu que J’attrape les rênes pour te freiner, te maîtriser, te ramener à la vitesse qui Me convenait, te mettre au pas, de savoir qui J’étais et ce que Je voulais, si c’était envisageable de S/se vivre ainsi. Aujourd’hui J’y vois plus clair et justement Je commence à avoir d’autres envies.

Quelles envies ?

-A la maison N/nous sommes limités (espace non dédié, vie familiale…), Je te vois non « attachée parlementaire » aha, mais attachée « sans parlementer » à une croix de Saint André, immobilisée, ne pouvant te dérober, te faisant flageller par d’autres Maîtres, selon Mon choix et Mon désir. Cela me plairait de t’observer, de voir comment tu réagirais.

-J’avance prudemment : bon N/nous avons testé le martinet, la cravache et différents objets du quotidien, tout ça avec modération, je ne serai peut être pas à la hauteur.

-Aurais-tu peur ? Je trouve que ça doit être intéressant de voir les A/autres agir, c’est le but des soirées de « jouer », d’expérimenter de nouvelles pratiques sous le contrôle du Maître…

En même temps je ne peux pas nier que cela me tente, le seul problème étant de trouver une date qui ne pose pas problème pour N/nous y rendre. La discussion en reste là.

Soir dans la chambre.

Je ne sais pas ce qui m’a pris (peut être distraite par la conversation précédente et se promener nue devant « la famille » : pas une bonne idée), toujours est-il que je suis rentrée dans la chambre avec une petite culotte, mal m’en a pris, mon Maître s’est approché me pinçant fortement les fesses.

Je ne veux pas d’une soumise culottée, retire moi ça et occupe toi de ton Maître. S’en est suivi une séance où je me suis bien ressentie comme j’aime à l’être, soumise, à Son entière disposition avec le bonheur de toujours progresser, de faire mieux pour augmenter Son plaisir, de sentir cela à Ses réactions.

Alors malgré tout ce que l’on peut en dire, merci aux cinquante nuances plus ou moins claires ou sombres, nombres de lectrices se posant des questions ont tenté une autre approche relationnelle.

PARTAGER
Article PrécédentMunch & play
Article SuivantDe la jalousie ?
Maitre Atout et dame de C.
N/nous sommes un couple vivant une relation vanille et D/s. C'est ce qui N/nous convient dans le sens où N/nous nous y sentons bien, elle N/nous permet de N/nous réaliser en étant N/nous mêmes sans aucune prétention.

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Dame de C,

    Je nous retrouve dans votre article, fort bien écrit. Les 50 nuances nous ont également permis d’aborder des sujets jusqu’alors tabous. Je me souviens de mes regards curieux durant Sa lecture du premier tome, que je Lui avais suggéré. Allait-Il aimer le concept ? Au vu de Son trouble positif, je fus rassurée :-).

    Vous décrivez parfaitement le chemin de découverte, fait d’embuches et de bonheurs divers. S’engager dans cette relation n’est pas anodin, et l’échange permanent est indispensable (en même temps, il l’est dans tous les couples qui durent)

    J’adore les échanges avec votre Maître ! Merci pour ce partage. J’y ai reconnu certaines phrases de mon Mâitre et mes impatiences qu’Il a dû également réfréner 🙂

    Un magnifique texte, très éclairant !

    Je vous souhaite une très belle journée,
    Mes humbles respects à votre Maître,

    amazone, esclave novice de Maître Alpha

  2. Bonjour amazone,
    pour résumer je dirai que cette relation N/nous apporte une sérénité que N/nous n’avions pas avant, malgré N/notre toujours très bonne entente. Je le ressens pour ma part en permanence, une impression vague, encore en devenir, se construisant jour après jour, des moments de paix intérieure, c’est difficilement définissable, la certitude d’être à la bonne place dans cette vie. Il faut que je trouve les mots justes… ça va venir !!!
    Belle journée et mes respects à votre Maître.

  3. Bonjour Dame de C,

    Chez N/nous la trilogie a été diversement appréciée. Je l’ai dévorée et mon Maître n’a pas tenu 10 minutes cela ne l’a pas empêché de m’offrir tous les volumes, ce qui est certain c’est que ce roman aura permis d’ouvrir une porte sur N/notre monde ce qui ne peut être que positif 🙂

    Bien cordialement à V/vous deux

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here