Il est une pratique que Senseï est toujours curieux d’explorer… l’accueil d’une seconde esclave ou soumise.

Au départ, IL ne m’en avait pas parlé et simplement chattait parfois dans ce but.

Puis une femme a fait irruption dans ma vie en octobre dernier. Un soir, Senseï m’a simplement dit qu’IL avait trouvé une soumise sans Maître qui vivait pas loin de chez N/nous et qu’IL souhaitait la dresser en parallèle de moi.

je l’ai très mal vécu. je ne m’y attendais pas du tout et je n’avais surtout pas envie de partager mon Maître (qui Lui ne me partage pas avec d’autres Maîtres).

Ensuite, il m’a fallu entendre les conversations téléphoniques qu’IL avait avec elle. De Sa voix toute miel, IL lui parlait de Lui, de Sa vie, de Sa famille… Et je me sentais peu à peu vidée d’une partie de moi. j’ai fais de grosses crises de larme, le coeur saignant à block…

Finalement, c’est elle qui a reculé. Elle a eu peur de Lui, de Sa forte personnalité. Et l’idée est passée… mon soulagement avec…

Mais Senseï n’est pas Homme a renoncer à Ses idées. (je devrais le savoir pourtant!!!). Et peu avant Noël, il m’a annoncé la venue d’une esclave au moment des fêtes. Il s’agissait d’un Maître qui ayant trouvé une autre esclave, plus à Son goût, souhaitait « vendre » celle-ci.

j’ai essayer de refuser prétextant la famille mais c’était vain de toute manière… Malgré mes fortes réticences, IL avait pris Sa décision. je n’avais qu’à plier. je crois que ma résignation n’était qu’un façon de masquer mes craintes.

N/nous sommes donc allés à Paris dans un palace pour récupérer dana. Brune, les yeux bleus, elle ne parlait qu’un peu l’anglais.

je suis restée silencieuse au moment de « l’achat » (petite somme symbolique) comme je sais si bien le faire en présence d’autres Maîtres pour faire honneur à Senseï.

elle est restée 3 semaines que j’ai plutôt mal vécu. A ce moment là, je travaillais à l’extérieur et donc I/ils passaient de longs moments seuls. j’avais vraiment du mal à accepter qu’IL l’a dresse, la frappe, alors qu’à l’époque, IL ne pouvait me le faire. j’avais la sensation qu’elle prenait ma place là où je LE décevais.

j’ai caché mes sentiments derrière ma fatigue. Cependant, mon trouble m’a amené à faire une grosse bêtise, pas concentrée sur ce que je faisais puisque perdue en moi même…

À mon erreur, j’ai ajouté mon comportement qui aurait pu me mener à la catastrophe (heureusement que j’ai de la jugeote comme on dit!!!). Plutôt que d’appeler Senseï à l’aide, je me suis débrouillée toute seule. En rentrant, je n’ai rien dit et fait comme si de rien n’était… Sauf qu’au milieu de la nuit, incapable de dormir sous le poids des remords, j’ai fini par réveiller mon Maître avec en plus une bien mauvaise nouvelle…

Sa colère à été dévastatrice et la punition qui l’a accompagnée des plus marquantes. Senseï a décidé de me donner du martinet, nue, devant dana. je rappelle qu’au moment des faits je n’étais pas masochiste (je me suis ré-ouverte après). j’ai eu super honte, super mal au physique, même si Il n’a pas frappé fort, comme au psychologique.

Ensuite, Senseï, ayant compris mon malaise intérieur, a mis les choses au clair, comme on dit…

je suis Son esclave, celle avec qui IL partage Sa vie et pour longtemps. Il n’est pas question de me remplacer, ni qu’une autre s’infiltre entre N/nous… A coté de N/nous et avec N/nous peut être, mais jamais entre…

L’entendre de Sa bouche m’a fait du bien et j’ai pu prendre plus sereinement les séances avec dana.

Concrètement, il m’est compliqué d’imaginer qu’une tierce personne partage N/notre intimité en permanence. En même temps, je n’ai pas vraiment accroché avec dana en tant que personne… Peut être est ce aussi lié à « la bonne personne »..?

Senseï a relancé le sujet il y a quelques jours… Faire venir une anglaise qui L’a sollicité…

Et je ne vous cache pas que ma première réaction a été plutôt négative… mais en retraçant tout ça ici, je me dit que ma sérénité va devoir se mettre à l’œuvre…

Mes premières réactions, Senseï les qualifie de « Grilfriend attitude » et ça ne LUI plait pas pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que c’est puéril de toute façon, cette peur d’être remplacée comme une petite amie dans les premiers temps d’une relation…

Ensuite parce qu’en tant qu’esclave, j’ai encore moins le droit d’avoir se genre de considération.

La relation n’est, par essence, pas équitable et, surtout, la confiance de la durabilité de N/notre D/s, C/couple, engagement, doit être bien plus forte que des sentiments puérils, surtout quand ceux-ci me font me déprécier en moi même…

En aucun cas, je n’ai le droit de me penser inférieure ou remplaçable comme un simple stylo bille…

j’avoue que ce n’est pas facile, aussi parce qu’il y a beaucoup d’Amour entre N/nous et des moments plus romantiques que D/s (et je ne m’en plains pas!).

Ce n’est pas toujours facile de rester à ma place quand le quotidien et la vie sont en marche…

c!

PARTAGER
Article PrécédentUne esclave rousse endurante
Article SuivantMAIS EUH…
esclaveclochette

Je fus esclave consentante durant 10 ans. j’ai publié ici régulièrement depuis des années mes hauts et mes bas (selon les ordres de mon Maitre) de ma vie d’esclave. Je suis une fée clochette.

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour c!,
    J’ai lu ton dernier post et il me parle profondément. En effet, ce point délicat reste le plus gros travail que j’ai également à faire sur moi-même. La confiance en toi doit être totale et sereine, c’est ce que j’ai compris aussi pour moi-même et c’est ce que je cherche à consolider pour que mes réactions ne soient pas puériles et déplacées comme tu dis si bien. En effet, une esclave appartient à son Maître et non pas l’inverse. Tu es une très belle esclave aboutie, sois fière de toi et ne craint rien. Ton Maître a le sens des responsabilités et ne te mettra jamais en danger de quelque manière que ce soit. Je te souhaite un très bon courage pour ce travail sur toi-même qui est difficile et profond.
    bises

    warda de Maître Gorean_Master

  2. Je suis l’intruse dont tu parles, dans ma relation à mon Maître, qui est depuis de nombreuses années l’époux et le Maître de Laura. Dans ma situation, j’avais un peu peur que Laura ne veuille pas de moi dans sa vie, à l’image de ce que tu décris.

    Mais au contraire, elle m’a reçue avec complicité et me fait bénéficier de son expérience d’esclave. Je crois que sa force est de savoir qu’elle est irremplaçable aux yeux de son Maître, chose dont je suis convaincue.

    Je te souhaite de trouver cette même sérénité pour, qui sait, découvrir le plaisir de la complicité entre esclaves.

    Bises

  3. je comprends ces craintes. difficile de les ignorer. cela serait-il plus facile si vous aviez commencé par juste des « séances » à 3 ? est-ce que le coté « je suis soumise, je ne suis qu’une soumise » n’est-il pas un peu vu comme « et si je n’étais qu’un objet … remplaçable » ? cela serait-il plus facile si tu appréciais l’autre soumise ? une sorte de complicité de partage ? cela serait-il plus facile de commencer par un épisode lesbien ?

  4. @ warda: Merci de tes compliments, de ton regard que je sens doux et chaleureux.
    Pas facile cette histoire de confiance quand on se sent déstabilisé par la situation.
    je suis lente à l’assimilation et l’intégration en plus 🙂

    @ pestange: j’avoue avoir pensé à vous 3 quand j’ai rédigé ce post. V/votre sérénité transparait dans ce que j’en ai lu chez toi.

    Quand je dis « c’est peut être lié à la bonne personne », c’est aussi à cette complicité dont tu parle que je pense…
    C’est aussi pour ça que je ne pense pas la chose impossible, simplement, il faut trouver la personne avec qui je me sentirai bien aussi…
    Senseï me propose parfois d’avoir un soumis juste pour moi, pour m’occuper… mais je crois que je ferai une bien mauvaise maîtresse… hihihi!

    @ moi: je crois que toutes les réponses sont dans le post et précédemment dans ce comm’.

    c!

  5. Bonjour C!,
    Une fois de plus votre contribution est remarquable par sa sincérité et par l’analyse de V/votre relation.
    Les doutes que vous exprimez sont rarement décrits dans d’autres blogs.
    Il semble que dans tous les cas le Maître commande et l’esclave (ou soumise) obéit sans défaillance.
    Il est agréable de constater la présence permanente de vos interrogations.
    Elle prouve une véritable relation H/humaine et que Senseï ne régne pas en « tyran tout-puissant » mais reste attentif aux soufrances et plaisirs de son esclave.
    La qualité de votre écriture m’enchante ( elle est si rare).
    Vos textes sont bien plus sensuels et évocateurs de V/vos relations que bien des images baclées.
    Au plaisir de vous lire encore longtemps et avec tout mon respect.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here